Luna's island

Monday, January 15, 2007

Apollon et les putains

Hier en début de soirée, j’ai fini une nouvelle de Carlos Fuentes, Apollon et les putains…c’est lorsqu’on ramène du travail à la maison pour le week-end et que l’on a beaucoup à faire que l’on n’a pas envie de travailler et que l’on fait tout sauf ce que l’on à faire…ce fut le cas pour moi hier, j’ai traîné, je n’ai pas fait grand-chose mais j’ai quand même fait de la lecture ce qui, au fond n’est pas mal du tout…

 

Cette nouvelle, je l’ai achetée à Carrefour, il y a quelques semaines…je l’ai lue ce week-end. Extraite de l’Oranger, livre du même auteur, cette nouvelle est une « nouvelle baroque, flamboyante et sensuelle, une satire de la littérature pornographique par l’un des plus talentueux écrivains latino-américains. »

 

Le narrateur c’est Vince Valera, cinquante cinq ans, héros aux sourcils broussailleux de films de série B, doué d’un certain charme irlandais, lauréat de l’unique oscar attribué à un acteur américain pour un rôle tenu dans un film européen (La longue nuit, de Leonello Padovani, 1972) …

 

L’histoire ? Celle de blanche neige et les sept nains, réécrite à la manière du narrateur qui n’est autre que le prince charmant…

 

17 Reactions:

Post a Comment

<< Home